Natalie Dessay, chant

Jean-Philippe Collard-Neven, piano
Dessay_Collard-Neven_1_©Gabriela Rosa Da Silva.jpg

Prochains concerts :

24 mars 2022 à 20h30 : Festival Prima la Musica, Vincennes, Auditorium Jean-Pierre Miquel 

26 mars à 18h : La Halle aux grains, Blois

 

11 juillet : Lyon

Natalie Dessay, chant

Jean-Philippe Collard-Neven, piano

     On a beau aimer les orchestrations somptueuses, les arrangements habiles et les mélanges de timbres subtils, revenir au piano/chant est toujours un moment de vérité.

     Point de grands tremolos ou d’artifices pour soutenir la voix, c’est de musique nue qu’il s’agit ici.

     Une occasion de revenir à la source de partitions tant de fois visitées avec génie mais avec l’envie de les relire – et pour paraphraser Rainer Maria Rilke - « comme si j’étais le premier homme ». Avec la feinte naïveté d’un adulte qui pourrait voir à nouveau avec ses yeux d’enfant. 

Relire ces standards de la comédie musicale comme si Natalie Dessay et Jean-Philippe Collard-Neven étaient les premiers à fredonner leurs mélodies, à égrener ces accords pourtant simples mais tellement justes au regard des mots qu’ils sous-tendent.

Relire ces partitions comme le font les musiciens classiques lorsqu’ils s’effacent derrière le texte (l’Urtext, le texte original) pour se mettre à son service, mais le jouer ensuite comme des jazzmen pour qui le texte est prétexte à toutes les envolées, les inspirations et les libertés.
Et c’est bien la magie de ce duo. Entre l’exigence stricte du classique et l’ouverture du jazz, Natalie et Jean-Philippe se rencontrent dans un espace où la voix peut se déployer, où jamais un morceau ne sera joué deux fois pareillement. Seule l’énergie du moment fait office de vérité.

     Et de vivre à nouveau pour le plaisir de nos oreilles ces chefs d’œuvre de Duke Ellington, Cole Porter, Stephen Sondheim, Irving Berlin…

Le projet